»¿

 

 

Bonne Gouvernance

BONNE GOUVERNANCE : PROGRAMME Démocratie Gouvernance Transparence :

Aujourd’hui la gouvernance fait l’objet d’un débat national et se présente comme une priorité pour toutes les couches sociales sénégalaises. Cette préoccupation coïncide avec le Programme Démocratie-Gouvernance-Transparence « DGT ». Exécuté dans un cadre de partenariat avec la société civile pour un suivi plus étroit des ressources publiques, le programme a contribué à la promotion d’une gestion plus intègre et plus efficace de la gouvernance publique et locale à travers un meilleur contrôle citoyen.

Actions :

Durant les trois années de mise en œuvre, le programme a réalisé entre autres actions ci-après :

  • Ateliers d’intégrité organisés sous forme de diagnostic du cadre juridique de lutte contre la corruption avec le secteur de la presse et le parlement,
  • Plaidoyer mené pour des reformes propices à une gouvernance vertueuse des ressources publiques au niveau central,
  • Formation en journalisme d’investigation,
  • Production et diffusion de brochures en techniques d’investigation,
  • Renforcement des capacités de la société civile locale sur les questions de gouvernance,
  • Campagnes médiatiques contre l’impunité et pour la recevabilité,
  • Conception et distribution de supports (guides d’orientation sur les politiques publiques et sur la passation des marchés publics locaux, sur la décentralisation en trois tomes, etc…),
  • La certification citoyenne qui est une démarche typique de gestion de la qualité des collectivités locales pour un label de bonne gouvernance décerné par les citoyens eux-mêmes à travers un audit citoyen,
  • La remise de label de bonne gouvernance décerné à dix collectivités locales pour leur engagement volontariste.

Résultats :

En termes de résultats retenons que les actions ont fini de contribuer à produire une effervescence citoyenne contre la mal gouvernance.

En effet, dans le domaine de la gouvernance et de la transparence, le programme a contribué au renforcement des types de rapports entre gouvernants et gouvernés. Il faut souligner aussi l’émergence d’une masse critique d’acteurs engagés sur les questions de bonne gouvernance dont la finalité est tout d’abord de contribuer à une meilleure gestion des ressources publiques, ensuite d’encourager une meilleure mobilisation des acteurs sur les problématiques de développement local, et enfin de faciliter une plus grande fluidité entre les différentes familles d’acteurs.

La demande de transparence et d’obligation de rendre compte s’accroit et se caractérise par les indices d’amélioration de la culture de la bonne gouvernance auprès de plusieurs couches sociales et l’accroissement des revendications et contestations.

Il y’a également l’amélioration des capacités de participation des Acteurs Non Etatiques (ANE) au dialogue et débats publics et l’accès des populations à la bonne information sur les politiques et ressources publiques qui ont positivement impacté sur la qualité des débats autour des questions de gouvernance, de la transparence et de lutte contre la corruption.