Accueil > Ressources documentaires > Le Partenariat appliqué aux politiques publiques confronté à l’outil (...)

Le Partenariat appliqué aux politiques publiques confronté à l’outil "Projet"

Comment une ONG du Nord et une ONG du Sud peuvent-elles collaborer pour influencer les politiques publiques ? Les ONG étant souvent dépendantes de logiques de « projet » et de réponse à
des appels d’offre pour pouvoir décrocher des fonds pour ces projets, comment peuvent-elles construire un partenariat politique ayant l’ambition commune d’un changement sociétal ? Quelles sont les limites de « l’entrée projet » dans la construction d’un partenariat politique ? Telles sont les questions auxquelles ce document veut répondre à partir d’un cas concret au Sénégal : le partenariat entre le Gret et Enda Graf Sahel dans le cadre du projet Jang Jub Tekki « Apprendre et réussir dans la droiture », communément appelé le projet JJT.

Depuis le 1er mars 2010, l’ONG sénégalaise, Enda Graf Sahel, et l’ONG française, le Gret, partenaires de longue date, mettent en oeuvre ce projet en partenariat avec le ministère de l’Éducation sénégalais et le concours financier de l’Agence française de développement (AFD). Ce projet vise à valoriser la contribution des organisations de la société civile (OSC) au service public de l’éducation et de la formation au Sénégal. Il a été proposé à la ligne de financement de l’AFD dénommée Fisong (Facilité d’innovation sectorielle pour les ONG) lorsque l’opportunité de la ligne de financement Fisong « Éducation » s’est présentée en 2009. Il a officiellement démarré le 1er mars 2010 et s’est terminé fin 2012. L’évaluation finale post-projet s’est terminée courant septembre 2013.

L’objectif principal du projet est de rendre visibles et crédibles les initiatives des OSC contribuant au service public d’éducation et de formation. Le projet vise à optimiser « l’apport collectif des OSC
intervenant dans l’éducation et la formation afin de les amener à co-construire les politiques publiques dans le secteur de l’éducation et de la formation, avec la Direction de la Planification et de la Réforme de l’Éducation (DPRE) et les services déconcentrés des différents ministères en charge de l’éducation et de la formation, et à mettre l’accent sur le partage de la régulation et de la gestion du
secteur ». Le projet est ancré dans la réalité sénégalaise, tant institutionnelle, politique que sociale et porte sur un secteur d’activité, l’éducation, qui ne constitue pas un secteur d’intervention habituel du
Gret mais bien d’Enda Graf Sahel.

Comment une ONG du Nord peut-elle se positionner par rapport à un projet ayant l’ambition d’influencer une politique publique sectorielle locale ? Quel est le rôle d’une ONG du Nord dans le changement sociétal et politique au Sud ? Comment peut se construire ce partenariat entre une ONG du Nord, chef de file, et un acteur local ayant un ancrage social fort (des réseaux, des alliances,…) et une légitimité annoncée pour appuyer la société civile de son pays dans le dialogue avec les autorités publiques, tant au niveau central que local, pour faire évoluer les politiques publiques ?

Lire la publication